image

Un Patrimoine : les livres sur Allègre !

 
Patrimoine, que la bibliographie ! Même, et peut-être surtout à l'époque du numérique.
Notre cité et ses seigneurs ont vu maints auteurs écrire à propos de leur Histoire. Les seigneurs d'Allègre sont aussi, fusse en arrière plan, dans de nombreux ouvrages consacrés à leurs contemporains de premiers rangs. Nombre de ces ouvrages ne sont accessibles qu'en salle de lecture des Archives. Dans notre département, et plus encore à Paris, aux Archives Nationales et à la Bibliothèque Nationale. Parmi les ouvrages, il s'en trouve de... peu convainquants. Mais il se trouve aussi des sources originales référencées, transcrites, photographiées.
Le document pdf. ci-dessous donne une bonne partie de la bibliographie qui, directement ou indirectement, parle d'Allègre et de ses seigneurs.
Une grande nouveauté est l'informatique. Elle permet de naviguer sans se perdre au milieu de tant de pages, de notes, et de les comparer, rapprocher, opposer. Une vaste bibliographie eut noyé des auteurs anciens sous une masse excessive d'informations. De nos jours elle est précieuse pour améliorer la connaissance. Impossible de tout lire cependant...


 bibliographie_allegre.pdf

image

La cloche de la Chapelle Saint-Yves.

De chapelle en chapelle...
On sait très peu de choses sur la chapelle du château dédiée d'abord à Saint-Laurent, puis à Saint-Yves. Nous n'en avons ni dessins, ni plan, ni image. Nulle description. Elle était située dans "les jardins" de la zone des Claustres, la zone close limitrophe du château. Elle fut quelque peu malmenée lors de la Révolution, mais ne fut démolie qu'une quarantaine d'années plus tard. Des groupes de statuettes, des pierres tombales, ses cloches, son autel, furent déplacés.
L'Orant de Saint-Yves, l'autel et la dalle tombale d'Yves II (dans le château de Cordès),en faisaient partie, ainsi que les cloches dont nous parle René Bore dans le document pdf. ci-dessous. Merci de patienter quelques secondes, le temps de son ouverture.
L'image ci-contre montre la chapelle Notre Dame de l'Oratoire et ses cloches actuelles. Photo de 2010.


 la_cloche_de_la_chapelle_saint_yves.pdf

image

La première mairie d'Allègre - René Bore -26-01-2011

On dit que la premi�re mairie d'All�gre, fut ici... ou l�... Ren� Bore nous fournit une r�ponse d�taill�e appuy�e sur d'incontestables sources.
On ajoutera qu'il a exist� un autre b�timent, b�ti par l'une des trois filles du marquis Yves V. La mar�challe de Maillebois h�rita de son p�re le marquisat d'All�gre. Le ch�teau (dont il nous reste La Potence) avait br�l� une trentaine d'ann�es avant. Entretenu � d�faut d'�tre redevenu habitable, la vieille forteresse ne pr�sentait plus les �l�ments de confort souhaitables. L'utilisant comme aile gauche d'un nouvel ensemble, madame de Maillebois lui accola un "ch�teau neuf" aussi nomm� b�timent ou manoir neuf. Son rez de chauss�e, d�cor� de rouge et de noir (qui furent peut-�tre les couleurs d'All�gre) servit, un peu plus tard, de salle de justice de paix. mais ce ne fut pas la premi�re mairie...
Vous lirez avec profit le pdf. ci-dessous, de Ren� Bore. Les images ci-contre montrent l'�tat actuel de cet emplacement, devenu un garage, et qui fut un lavoir couvert.


 premiere_mairie_allegre.pdf

image

Petit jeu de mot Franco-Occitan, suite... et fin.

Que représente cet écu qui dit le nom de la famille fondatrice de cet hôtel du XVe siècle à Allègre ?
C'est une clé d'azur sur champ d'or ! La famille fondatrice de cet hôtel, qui ensuite passa par mariage aux Grellet de la Deyte, s'est faite représenter par... une "clé". Une clef antique, plus précisément.
C'est un jeu de mots "franco-occitan" que, sans le vouloir... ou peut-être tout à fait sciemment, cette famille a réalisé là. En effet, en Français, le nom de cette famille "de la Clède" se prononce comme "de la clé".
En Français c'est donc la famille de La Clé.
Mais en patois Occitan qu'on parlait et écrivait alors et continue de parler (pour longtemps encore, j'espère ! ! !), la "clèda" qu'on prononce "la clèd" signifie... la barrière ! Telles les clèdes que les bergers disposent autour de leurs brebis pour créer un parc.
C'est donc la famille de La Barrière, ce qui n'est pas du tout la même chose !
Pourquoi "la barrière" ? Pour faire référence au péage que tenait cette famille sur un gué de la Borne, au sud-ouest d'Allègre, au lieu dit La Clède. Péage dont ils rendaient compte à leur seigneur de Tourzel.
Monsieur de La Clé ? Non, plutôt Monsieur de La Barrière ! Voilà encore un de ces innombrables cas où le Patois d'Occitan est bien plus profond et prtécis que sa traduction en Français !
Patrimoine ! Vaï davant nostre patoé !

image

Une petite curiosité franco-occitane

1435... Huit familles sont autorisées à bâtir leur hôtel particulier dans la première enceinte du château que les Tourzel, installés à Allègre, les Tourzel d'Allègre, ont achevé depuis quelques temps, en trois générations.
Les guerres qu'on dit aujourd'hui "de Cent Ans" n'ont pas encore achevé leurs désastres. La plupart des manoirs et fermes fortifiées des alentours ont été partiellement détruits.
L'hôtel particulier (voyez la photo ci-contre) de cette famille est achevé. Il porte l'écu visible sur cette photo. A cette époque peu de gens savent lire. Les familles nobles et bourgeoises, les corporations, les commerçants, disent leur nom ou leur métier par un "dessin" (on dit "un meuble") sur leur écu. Losque ce meuble représente un objet ou un animal dont le nom est homonyme, en prononciation, donc, du nom de la famille, on appelle cela "des armes parlantes". Par exemple un grelot pour les Grellet, un chardon pour les Chardon, un lézard pour les Louvois, une couleuvre pour les Colbert, un loup pour les Lobeyrac, deux mains serrées pour les Bonnefoy, etc...
Que représente cet écu aux armes parlantes qui dit le nom de la famille ?
Une tour ? Un drakkar ? Un chandelier ? Cela voudrait dire que la famille s'appelait Madame et Monsieur "de la Tour", "du drakkar" ou "du bateau", "de la chandelle"...? 
Que nenni !
Réponse dans l'article suivant...

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12