image

Le TAU et la CROIX.

Nous vous parlions de l’Hôtel-Dieu d’Allègre, aujourd'hui maison de retraite. Nous vous y donnions l'intégrale d'un texte de 1616 de Christophe II marquis d'Allègre.
Voici un Tau et une Croix en haut de l’angle d’une maison rue Notre-Dame de l’Oratoire (losange 9 des Amis d'Allègre). Cette croix est celle des hospitaliers de Saint-Jean. Ce Tau est celui des hospitaliers Antonins.
Cette pierre de lave volcanique vient-elle d'un second établissement hospitalier à Allègre ?
Le seul indice pour en situer l'époque est la coexistence à Allègre d'Hospitaliers de Saint-Jean et de frères Antonins… Coexistence ? Fusion ?
Le document pdf ci-dessous vous emporte en 1721, sous Yves V. 


 croix_et_tau.pdf

image

1616. Christophe II et l Hospice d Alegre.

"Personnellement établi haut et puissant seigneur Christophe d’Alegre, seigneur et marquis d'Alegre, chevalier de l’ordre du roy, étant présent dans son château d’Alegre en Auvergne, ayant reconnu que l’hôtel Dieu de cette ville n’a aucun revenu pour l’entretien des pauvres qui journellement y entrent en grand nombre, ému de pitié, a promis et promet solemnellement sur les Saints Evangiles, de faire... C'est en ces mots (remis en français d'aujourd'hui) que commence la déclaration de 1616 par laquelle le marquis d'Allègre promet d'améliorer le sort des pauvres qui cherchent abri dans l'Hôtel-Dieu de ce début du XVIIe siècle.

Nous avons mis en scène deux personnages qui vous aideront à découvrir la vallée de Fonteline, ses étangs, les chemins par lesquels on accédait alors à Allègre, ses faubourgs et l'Hôtel-Dieu. Les travaux de René Bore nous y aident grandement.

Immergez-vous dans le XIIe siècle au sortir des terribles guerres civiles et de religion en ouvrant le pdf. ci-dessous.

Image ci-contre, l'Hôtel-Dieu du XIX e siècle photographié au début du XXe.



 hotel_dieu_et_fonteline..pdf

image

AMBROISIE DANGER !

Le long de nos routes de Velay, par exemple entre Allègre et Saint-Paulien, prospère une plante aux feuilles vert sombre découpées, l’Armoise. L'armoise commune est sans danger et sa sœur, l'absinthe, a aussi des atouts. Le problème est qu'elles servent de masque à une dangereuse intruse !
Depuis quelques années l'Ambroisie, hautement allergisante arrive en Haute-Loire.
L’imposture de l'Ambroisie est à la fois dangereuse pour les personnes fragiles, et bien maquillée car elle s’est parée des feuilles de l’armoise. Venue d'Amérique du Nord où les enfants développent très tôt des anticorps qui aident à supportera présence, elle arrive chez nous qui n'avons pas ces anticorps ! D'où de graves allergies évoluant en asthme.
Merci d'ouvrir le document pdf. ci-dessous pour compléter votre information et participer à la lutte contre l'Ambroisie.


 armoise_ambroisie.pdf

image

LA GENTIANE.

Elle a de bien mignonnes petites fleurs bleues.... Mais cette petite gentiane-là est en général interdite de cueillette, et ce n'est pas elle, la star de nos hautes terres d'Auvergne !
C'est la grande Gentiane jaune qui est un des plus beaux et savoureux atouts patrimoniaux du Massif Central, d'Auvergne, et du Velay.
Elle pousse chez nous à partir de 800m d'altitude alors que dans les Pyrénées il faut monter à 1700m ! Rien d'étonnant alors que l'Auvergne soit le principal pourvoyeur des producteurs d'apéritifs de Gentiane, tant en France qu'à l'étranger.
La Fée Jaune du Massif Central, tel est son nom évocateur de mystère, tout comme celui de la fourche qui permet de l'arracher du sol au prix d'ailleurs de gros efforts : la fourche du diable !
Pour en savoir plus, ouvrez le fichier pdf. ci-dessous...


 la_gentiane.pdf

image

La Verveine citronnelle... du Velay !

Certes elle vient des Andes, mais elle s'est si bien acclimatée dans notre Velay et elle sent si bon qu'on oublie les lointaines origines de la Verveine citronnelle.
Le nombre des préparations auxquelles elle apporte une touche de fraîcheur citronnée est si grand (et pas seulement chez nous, jusqu'en Asie !) qu'on ne peut les citer toutes : salades, légumes, plats chauds de viande ou de poisson, sauces, marinades, crèmes, crème brûlée, entremets, glaces, macarons, gâteaux, infusions, tisanes, sirops, huiles, et bien sûr les liqueurs de Verveine du Velay !
A consommer avec modération, bon d'accord...
Pour en savoir plus sur cette plante magique, et pour apprendre à faire vous-même votre liqueur de Verveine, juste un clic, ouvrez le pdf ci-dessous. Et régalez-vous !


 la_verveine.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12