image

Larmier et corniches du Château.

Lorsqu'on observe La Potence, et qu'à travers ses vestiges on entrevoit ce que fut le château des Tourzel d'Allègre, on imagine la scansion des verticales tracées par les 9 tours de ce que les spécialistes de l'architecture médiévale militaire (castellologues) nomment des « paquets de chandelles ».
Les verticales dominent. Moins que celles des châteaux philippiens, mais quand même...
Une belle horizontale frappe aussi au flanc des deux demi-tours pleines de la façade sud : le larmier. Son premier rôle est d'éloigner les ruissellements de pluie.
Mais, selon l'époque de construction de l'édifice, les auteurs y voient aussi une corniche à but décoratif, voire un élément de défense active chargé de faire ricocher vers l'assaillant ce qui est jeté depuis les mâchicoulis.
Deux autres horizontales attirent moins l'oeil : deux corniches...


Pour en savoir plus ? Voyez le pdf. ci-dessous.
Photo : La Potence vers 1946...


 larmiers_et_corniches.pdf

image

Le trésor...


Juste un petit conte...


Une petite fable...


Pour aimer encore plus notre Velay...


Ce petit conte, que vous trouverez dans le pdf. ci-contre, est inspiré d'Henri Gougaud.


 le_tresor.pdf

image

Légende et réalité du Mordant-Diable...

En page 1 de cette rubrique nous vous offrons la légende contée du Mordant-Diable.


La récente découverte d'une lettre qui concerne sa légende et sa réalité, nous a incités à écrire ce second article sur cette modeste pièce de notre "petit patrimoine" d'Allègre.


Pièce modeste mais si chère au coeur des habitants d'Allègre !


Un passage d'un livre publié par Pierre Grellet en 1929 a laissé croire à des générations d'Allégrois qu'un marquis d'Allègre avait réellement commis l'atrocité que met en scène la légende. Nous avons souhaité faire le point.


Légende et Réalité...
Sachez-en plus en téléchargeant le pdf. ci-dessous.
Photo : montage-photo de l'emplacement choisi par les Amis d'Allègre et autorisé en 2016 par M. Gilbert Meyssonnier maire d'Allègre pour accueillir un moulage du Mordant-Diable, l'original étant dans une maison des "Rues Vieilles", en bas d'Allègre jadis nommé Grazac.


 mordant_diable_legende_realite.pdf

image

Le Félibrige.

Le poète provençal Frédéric Mistral souhaite organiser la renaissance de l’Occitan menacé de désuétude.
1854 : Afin de restaurer la langue provençale, sept poètes fondent le Félibrige au château de Font-Ségugne.
Les sept primadié du Félibrige sont Teoudor Aubanèu, Jan Brunet, Pau Giera, Ansèume Matiéu, Frederi Mistral, Jousé Roumaniho, Anfos Tavan.
Ce mouvement accueillera des poètes catalans chassés de l'Espagne castillane qui leur interdit l’usage du Catalan.
Cela se renouvellera sous le régime franquiste un siècle plus tard.
Félibre, le nom choisi pour les membres, est une énigme à lui seul
Le Félibrige est une organisation de défense et de promotion de la langue et de la culture d'Oc.
Aujourd'hui son action vise la reconnaissance de la diversité linguistique et culturelle en France et dans le monde. Il est une des deux organisations présentes sur les 32 départements de langue d'oc avec l'Institut d'études occitanes.
Voulez-vous en savoir plus ? Téléchargez le pdf. ci-dessous.
Photo : Daudet et Mistral.


 felibrige_mistral.pdf

image

COUPO SANTO. Autre symbole !

Au pied d'une petite coupe, deux figures féminines se font face.
Comme deux sœurs, l'une passe son bras droit autour du cou de l'autre qui lui fait un signe de concorde : la Catalogne et la Provence.
Le symbole est clair. Il rappelle l'unité culturelle et affective des régions occitanes, soulignée par les inscriptions gravées sur la coupe.
La Coupo Santo ou Copa Santa est une coupe en argent offerte par des écrivains et hommes politiques catalans aux félibres provençaux en 1867.
Les Catalans remerciaient ainsi les Provençaux, dont Frédéric Mistral, d'avoir accueilli et protégé Víctor Balaguer, homme politique et poète catalan exilé en Provence.
La Coupe Sainte a une haute valeur symbolique.
Elle est présentée une fois par an lors du banquet qui se tient à l'occasion du congrès du Félibrige, la Santo Estello, la Sainte-Estelle, la Sainte-Etoile, d'où le symbole de la croix à sept rais..
Le banquet se termine par la cansou de la Copa devenue hymne occitan.
Pour en savoir plus... Plongez dans le pdf. ci-contre.


 coupo_santo_2.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13