image

Enigme. . . solaire ?

« Symbole solaire », ainsi appelle t'on la pierre de lave brune et tendre scellée dans le mur clair de la cure. Une croix au centre d'où partent des rayons, fait penser à un symbole « cosmique » que d'aucuns n'ont pas hésité à appeler « croix d'orientation ». C'est ainsi qu'un brave enseignant, hussard de la république interprêta les motifs de cette pierre. Pourquoi pas... Aucune source fiable ne nous en indique la provenance ni la signification...
Dans les villages environnants on rencontre nombre de linteaux sculpto-gravés de figures parfois accompagnées de lettres. Ces linteaux sont souvent en lave tendre, brune, facile à travailler par un non professionnel. Ce sont des rébus indiquant le nom des propriétaires. On est fondé d'y voir l'astucieuse réutilisation des "armes parlantes", c'est à dire des écus dont le motif disait phonétiquement le nom de la famille occupante. par exemple un grelot pour les "Grellet", un chardon pour les "Chardon", une clé pour La Clède... une couleuvre pour "Colbert", une tour (seule) pour Tourzel... etc.
Et si tout bêtement c'était un morceau de linteau portant un rébus... les exégètes auraient l'air fin...!

image

Un ensemble dispersé ?

Le cimetière entourait l'église, principalement côté Sud. Il a été déplacé vers 1800 sur le lieu d'une carrière, en-dessous d'Allègre.
Le portail de style classique visible à l'entrée d'une jolie cour d'ancienne ferme à gauche de l'église, pourrait bien avoir été l'entrée principale du cimetière ancien. On en trouve d'identiques en Haute-Loire... et ailleurs.
Allègre n'eut sans doute pas un ancien "enclos paroissial", c'est à dire un ensemble église, croix et cimetière enceint d'un même mur, qui aurait été dissocié. Mais peut-être cela fut-il un type (on pense à Polignac) où l'église est liée à son cimetière par le porche d'entrée, avec parfois un calvaire ou une croix sur un socle à degrés. L'ensemble joint formant un tout architectural et social. L'unité de style reste flagrante malgré les destins divergents des éléments. Dans le prolongement du thème de l'unité de style, que dire de la "maison de l'intendant" toute voisine...? Y eut-il à Allègre au 18e s un ensemble de style classique ? Le manoir neuf de la marquise de Maillebois ?
Les Amis d'Allègre vérifient les hypothèses auprès des documents-sources, valident ou éliminent, posent des questions fussent-elles gênantes. Nous ne sommes pas là pour recopier naïvement des écrits impressionnistes.
Un Calvaire, classé MH domine le nouveau cimetière.

Derrière l'église une placette ornée de grands tilleuls donne un fort belle vue sur le Sud-Est d'Allègre. On voit bien le creux des étangs de Pralong et des Peschiers (voir Visite 1) traversé par la route du Puy formant digue.

image

EGLISE PAROISSIALE.

A la fin du 10e s est mentionnée une église romane à Grazac, village d'en bas du volcan de Baury, distinct du hameau d'en haut du même volcan et formé par le château initial des d'Alegre et les maisons de leurs servants..

En 1263 elle est située au même emplacement que l'église actuelle et déjà dédiée à Saint Martin de Tours.

Une église gothique la remplace. Commencée par Yves II, donc avant 1512, achevée et armoriée à une des deux clés de voûte du chœur sous son fils Gabriel peu après 1527.

En 1822, un curé ayant souhaité supprimer les gros piliers de la croisée du transept, le clocher s'effondre entraînant une partie de la nef.

Rebâtis en une quarantaine d'années, la nef et le clocher entraînèrent la démolition de la Porte de Ravel (voir la Visite 1 du Bourg Historique) et autres édifices de l'Allègre ancien… Le chœur resté intact est celui du 16e s.

Pour en savoir plus, ouvrez le document pdf. ci-dessous. Merci de patienter le temps de son ouverture...


 allegre_eglise_1erepartie.pdf

image

Des commerces : de la vie !

Boulangerie, charcuterie, café, pâtisserie, livres, journaux et fleurs ! La rue Porte de Monsieur conserve encore quelques uns des nombreux commerces qui témoignent du passé d'Allègre, bourg de foires. Les magasins tendent à descendre vers le carrefour « du Monument aux Morts » et la place de la gare.
Toutes les petites cités comme Allègre se demandent comment conserver de la vie dans nos centres bourgs ?
Chacun de nous détient la réponse : acheter dans les commerces de proximité et directement à la ferme sont des réponses citoyennes ! C'est cela ou la mort de nos villages, en Auvergne comme partout ailleurs.
C'est peut-être joli et rigolo de visiter des bourgs morts à 10km des Hyper Commerciaux...? Nous avons encore le choix...

image

Couvent de Saint-François.

Au N°15 se trouvait le Couvent Franciscain ouvert par Marie Grellet. C'était une école et un pensionnat. Un agréable gîte rural occupe actuellement cette maison qui fut aussi la demeure de Mr Barrès, animateur de l'office de tourisme d'Allègre. Les Franciscains étaient souvent opposés aux Dominicains et aux Jésuites tenants des pratiques inquisitoriales. Infirmières et éducatrices, les Franciscaines oeuvraient en 1905 quand Mme Baralon les protégea.

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14