image

Verriers. Chausse ou Sacreste ?

Seuls quatre des vitraux de l'église ou de la chapelle Notre-Dame de l'Oratoire sont signés. C4est un usage courant notamment à l'époque "néogothique" de la charnière entre le XIXe et le XXe siècles.
L'époque slalome entre pastiches de la Renaissance (vitraux-tableaux) et la création artistique éventuellement inspirée de maîtres anciens.
Les artistes créent le dessin et parfois le choix des couleurs et la mise en peinture.
Puis des ateliers réalisent les opérations techniques. S'agissant des verres visibles à  Allègre, le maître verrier Eugène Chausse a signé quelques vitraux et formé l'atelier Sacreste-Aîné. Il a aussi formé Charles Borie dont on voit des verrières à Monlet .
Eugène Chausse est le maître peintre-verrier le plus présent chez nous.
Pour en savoir plus, téléchargez le pdf. ci-dessous. Photo ci-contre, un détail de vitrail signé E. Chausse.


 maitres_verriers_vellaves.pdf

image

EGLISE. Vitraux-11.

Sens de lecture.
Les vitraux sont chargés de dérouler la liturgie et de conduire le fidèle vers « la lumière » du Christ.
Dans ce dernier texte sur les vitraux de l’église d’Allègre, nous essayons de retrouver l’intention des Clercs, ou celle des donateurs, ou encore celle des vitraillistes.
Exercice compliqué qui réclamerait des connaissances multiples pour mener à une conclusion infaillible.
Nous espérons seulement vous avoir guidés aussi loin que possible sur le chemin de la compréhension…
Pour en savoir plus téléchargez le pdf. ci-dessous.
Photo ci-contre, un détail du vitrail de saint François (bras Sud du transept).


 9_sens_lecture.pdf

image

EGLISE. Vitraux-10.

Détails.
L’ensemble des vitraux a été réalisé entre 1894 et 1900.
Leur style commun marque leur époque artistique entre néogothique Viollet-le-Duc et arts décoratifs nouveaux.
Ce dernier article avant l’analyse générale est un regard à la loupe sur les détails des verrières, après une montée à la tribune où on découvre le vitrail de la façade Ouest.
Le visage du Christ accueille les fidèles à l'Ouest avant de les conduire à l’Est, de l’ombre à la lumière, où il les retrouve, en compagnie de Marie et du Saint-Patron de l'église.
Pour en savoir plus téléchargez le pdf. ci-dessous.
Photo ci-contre : beau visage christique.


 8_tribune_details.pdf

image

EGLISE. Vitraux-9.

Un agneau et deux cœurs.
L’agneau sacrificiel et les deux cœurs sacrés trouvent place au-dessus de la porte latérale de l’église. Leur interprétation n'est pas des plus connues.
Un peu cachés, ils épousent la dissymétrie du mur Sud de la nef.
Leur décor est rigoureux, un peu rigide, fait du mélange d’éléments géométriques et de rinceaux végétaux. Ils sont représentatifs du style de l’ensemble.
Pour en savoir plus téléchargez le pdf. ci-dessous.
Photo ci-contre « Ecce agnus Dei » qui fait retour à Jean le Baptiste et aux premiers apôtres.


 7_2_agneau_coeurs_16_2.pdf

image

EGLISE. Les vitraux-8.

Vitraux du transept.


Peut-on vraiment parler de transept, ou simplement d’élargissement de la nef du XIXe siècle par rapport au chœur du XVIe ?


De l’intérieur le transept n’est pas apparent. Mais les deux vitraux qui se font face à chaque extrémité du transept s'y inscrivent parfaitement.


Au Nord saint Dominique fondateur de l’ordre des dominicains.


Au Sud saint François, fondateur des « Franciscains ».


Les deux plus grandes verrières pour les deux principales congrégations historiques du bourg.


Pour en savoir plus téléchargez le pdf. ci-dessous.


Photo ci-contre, un détail… à chercher et trouver sur place.


 7_1_vitraux_transepts_7_et_16.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14