24 - 04 - 2019
     ACTUALITES/AGENDA VOIR LE DETAIL...
puce 20-04-2019 - Mise à jour du site
Dans quelques jours le site des Amis d'Allègre sera repris en main par une équipe très motivée.

. . . . .

puce 20-04-2019 - Réalisation d'une grande jarre Germaine Tillion pendant le salon de la poterie à La Chaise Dieu
La grande jarre Germaine Tillion a été réalisée à la Chaise Dieu lors du salon de la poterie . Cette jarre, commandée au potier Michel Bérodot de Sembadel par l'association "Germaine Tillion, Mémoires d'Allègre". Elle sera installée Porte Monsieur, sur la plateforme au pied de la tour sud-ouest, samedi 3 août à 15 h 00

. . . . .

puce 11-11-2018 - Le cinéma à Allègre
Nous tenons à rappeler aux Allégras et à informer les touristes que tous les vendredis ont lieu à 20h30 au Centre Georges Sand des séances de cinéma avec les films les plus récents parus en France. Projecteur numérique et écran de grande qualité permettent de les voir dans de très bonnes conditions pour un prix de 5,50€ pour les adultes. Après une journée de travail pour les Allégras et d'excursion pour les touristes, c'est une agréable façon de terminer la semaine; d'autres séances ont lieu pour les enfants certaines après-midis. consultez la programmation dans la rubrique "agenda" du site de la mairie http://www.mairie-allegre.com

. . . . .

liens NOTRE ASSOCIATION. article 30 Articles diponibles
 
 Bref historique de l'Association des Amis d'Allègre

1946. Pourquoi notre association a été créée.


Ni gibet ni porte monumentale, "La Potence" est le nom que la tradition populaire a donné aux superbes vestiges du château bâti fin XIVe début XVe par Morinot de Tourzel et ses descendants.
Fort endommagé lors de l'incendie de novembre 1698, le château a étépartiellement "réparé" par un petit fils d'Yves V.
Puis, inhabité, il s'est dégradé, a servi "de carrière" et s'est progressivement ruiné aux XVIIIe et XIXe siècles.
La famille Grellet de la Deyte, présente à Allègre depuis le milieu du XIVe s, a acheté les ruines au milieu du XIXe s. Cela n'a pas arrêté le processus fatal.
Au début du XXe s les ruines sont devenues bien communal d'Allègre. La commune ne voyant aucun profit à retirer de cette ruine, la dégradation a continué...
La couronne de mâchicoulis tréflés, restée miraculeusement en équilibre, s'était partiellement effondrée peu avant 1946.


La question était devenue : laisser la partie centrale finir de tomber et se contenter de trois tours côte à côte, ou arrêter la dégradation ?
Photo ci-contre : "La Potence" en 1946.

 
  1950 - Création de l'Association des Amis d'Allègre

A l'initiative du baron Pierre Grellet de la Deyte (retraité de la marine nationale et des forges de St Etienne), un groupe de personnalités se forme avec le projet d'intervenir pour que cesse la dégradation, lente mais continue, des ruines du château d'Allègre.
Ces amoureux d'Allègre et de son patrimoine, personnes privées, chefs d'entreprises, ont décidé que, pour de multiples raisons, il n'était pas imaginable de laisser la dégradation des ruines du château se poursuivre jusqu'à la disparition de "cette chose inutile" mais précieuse en haut de notre cité.
En mars 1950 ils fondent l'Association des Amis d'Allègre.

Le président d'honneur en est Pierre Grellet de la Deyte, aussi président du Syndicat d'initiative d'Allègre.
Le premier bureau de l'association se composa de :

Raymond-Julien Pagès, historien amateur, industriel au Puy en Velay (faubourg Saint Jean. Né en 1909), producteur des sirops et liqueurs Pagès de réputation internationale. Président.
Pierre Charretier, industriel à Allègre, propriétaire des scieries Charretier. Né en 1898. Vice président.
Lucien Chassaing, érudit et commer&ccedi;ant de vins en gros au Puy, rue de la Gazelle. Né en 1921. Vice président.
Pierre Perrin, commerçant, pâtissier à Allègre. Né en 1928. Trésorier.
Marius Raberin, industriel et photographe à Allègre. Né en 1907. Secrétaire.

Les premiers statuts sont déposés le 3 avril 1950, sous le Numéro 1346.
Leur libellé est des plus brefs :
L'Association des Amis d'Allègre a pour objet : le développement touristique de la ville d'Allègre, son aménagement et notamment la consolidation des ruines du château et autres monuments de la ville.


 



 
 1977. Deuxième souffle.

En Février 1977, une nouvelle équipe reprend le flambeau et dote de chêneaux en cuivre la Chapelle Notre Dame de l'Oratoire qui date des XVe et XVIIe siècles.
"Le conseil comprend" :
Louis Leydier, hôtelier et restaurateur à Allègre, président,
Marius Ampilhac, entrepreneur à Allègre et maire d'Allègre. Vice président.
Paulette Moullade. Jean Luc Fraisse, directeur d'U.P. Architecture. Secrétaires.
Alain Berne, percepteur. Jean Tissandier, commerçant. Trésoriers.
Fernand Allemand, inspecteur des impôts et historien amateur, Raymond Bastide, prêtre à Allègre, Jean Borie, industriel, Marcel Ferrand, Renée Lancelin, Jeanne Monnerie, directrice du collège, Marcel Saby, instituteur, historien amateur, René Terrasse, graveur, Jacqueline Testud, Jeannot Tissandier, commerçant, etc. ...


Les nouveaux statuts sont enregistrés le 1er mars 1977, sous le Numéro 3677.


Photo ci-contre, Louis Leydier, Président des Amis d'Allègre en 1977, et Président d'Honneur de notre association qui le lui doit bien. Merci Loulou.

 
 Merci !

Le but affiché de l'association fut d'abord moins historique que touristique.


Puis s'opéra un glissement vers la transmission des témoignages actuels du passé historique d'Allègre et une prise en compte de la réalité historique sous l'éclairage des documents-sources.
Sur le fond  les deux préoccupations sont liées, indissociables.



Tous ces prédécesseurs de l'équipe actuelle ont travaillé pour transmettre Allègre aux futures générations ces murs que nous aimons !
Que tous en soient remerciés, avec gratitude et reconnaissance !

 
 Et s'ils n'avaient pas sauvé ce qui restait...

Marcel Saby relate en 1976 dans son livre "Allègre et sa région au fil des siècles" : "la consolidation (de la Potence), travail délicat, fut exécutée à l'aide de savants échafaudages par la société Pierre, du Puy, de 1950 à 1952"...


Et si, en 1946 l'association des Amis d'Allègre n'avait pas été créée ?
Si en 1950 les Amis d'Allègre n'avaient pas contribué à reconstituer la ligne de mâchicoulis... Et s'ils n'avaient pas sauvé ce qui restait... ?


Les 9/10e du "donjon" étaient tombés. Et si les Amis d'Allèr;gre et les autorités d'alors s'étaient dit, devant les derniers vestiges menaçant ruine "C'est trop tard, trop coûteux à réparer. Tant pis, laissons tomber"... ?


A supposer quelles aient été consolidées, trois pauvres tours coifferaient le Mont Baury : photo ci-contre.

 

 1  2  3  4  5  6