Descendance des Tourzel. Chapitre 3

Nous voici à la génération des petits-enfants d'Yves V.

L'ascension "sociale" se poursuit bien que le maréchal de France soit décédé.

Entrent en scène de prestigieuses maisons nobles tels les d'Harcourt.

Voici de façon égale les maisons de La Tour d'Auvergne ducs de Bouillon; du Bouchet de Sourches comtes de Montsoreau; de Gontaud-Giron; Voyer de Paulmy d'Argenson; de Gramont.

Nous sommes en présence de grands officiers de l'Etat, grands argentiers, grands militaires. La carrière militaire et la fortune des Tourzel justifient ces mariages parfois conclus "au-dessus" de leur rang.

Les châteaux où vont vivre les petits-enfants d'Yves V donnent une idée de la condition qu'ils atteignent. Voyez-les dans le document pdf. ci-dessous. Voyez ci-contre le portrait de la famille du marquis de Sourches.


 genealogie_tourzel_3.pdf

Descendance des Tourzel. Chapitre 2.

Yves V épouse en premier mariage Jeanne-Françoise de Garaud de Caminade, des seigneurs de Donneville, marquis de Miremont, barons de Mauvesin, présidents au Parlement de Toulouse. Ils auront trois filles.
En seconde noces, Yves V, septuagénaire, épouse la jeune Madeleine d’Ancezune de Caderousse, d'une ancienne famille de Provence et du Comtat-Venaissin. Guillaume d'Ancezune « avoit part à la seigneurie d'Orange ». La célèbre maison d'Orange avait déjà côtoyé les Tourzel avec Anne de Tourzel veuve de Guy XIX de Coligny puis de Fervacques, peu après 1600.
Leurs gendres seront de grandes familles : les Tellier-Louvois puis les Crussol d'Uzès, les comtes de Rupelmonde puis les Gramont, et les Desmarets de Maillebois puis la maison de Sourches. Le cercle des ministres du roi.
Approchez ces sommets en lisant le document pdf. ci-dessous...
Photo ci-contre : le fer de reliure de Jeanne de Garaud en partition avec l'écu de son mari Yves V.


 genealogie_tourzel_2.pdf

Les descendants des Tourzel. Chapitre 1.

Nos principaux auteurs locaux ont rédigé leurs ouvrages sur l’histoire d'Allègre en 1927 pour Georges Paul (La baronnie et le marquisat d'Allègre) et en 1929 pour les Grellet de La Deyte (Le château, la ville et les seigneurs d'Allègre).
Ces auteurs ne disposaient pas des moyens de recherche qui sont à notre disposition et, bien entendu, ils ne pouvaient pas présumer de l’histoire entre 1927 et 2015...

Ce chapitre 1 commence par Yves V et les maisons de ses deux épouses, Garaud de Caminade puis Ancezune de Caderousse. Elle continue par généalogies de leurs enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants et générations suivantes jusqu’ à nos jours, en plusieurs chapitres...
La génération de leurs enfants passe dans les généalogies des Le Tellier marquis de Louvois, des comtes de Rupelmonde et des Desmarets marquis de Maillebois.
Celle de leurs petits-enfants va vers les d’Harcourt, La Tour d’Auvergne, les du Bouchet de Sourches.
Puis par ordre alphabétique, les maisons de Béarn, Blacas, Charost, Crussol d’Uzès, Hunolstein, La Ferronnays, de Lorge, Pérusse des Cars, de Pons, Sainte-Aldegonde, Vogüé.
Nous rencontrerons de grandes familles dont plusieurs existent encore de nos jours.
Le nom des Tourzel d’Allègre dits d’Alegre va disparaître, mais leur sang coule dans les veines de leur descendance jusqu’à nos jours ! Pour en savoir plus, merci d'ouvrir le document pdf. ci-dessous. Image ci-contre : un portrait d'Yves V.


 genealogie_tourzel_1.pdf

Yves V, Vitry-sur-Seine et le Petit Val...

1698. Charpentes et toits du château d'Allègre brûlent au moment où Yves V, de passage "pour vérifier ses titres",  habite rue St Dominique à Paris et rue St François à Versailles.
De 1728 à sa mort en 1733, Yves V possède le château du Petit Val, à Vitry-sur-Seine, demeure en général ignorée à Allègre. Il a 75 ans et a été promu maréchal en 1724.
En 1723, sa première épouse, Jeanne de Garaud est morte à Paris.
En 1724, âgé de 71 ans,Yves V a épousé la toute jeune Madeleine d’Ancézune (24 ans). Ils n'auront pas d’enfant. C’est avec elle que le marquis d’Allègre aura vécu brièvement dans ce château du Petit Val. Peut-être poursuivi par des créanciers, il loue le château à des paysans en tant que ferme et grange...
A la mort d'Yves V, ses biens de la région parisienne, Normandie et Picardie, seraient allés vers sa fille aînée Marie-Thérèse, épouse d'un fils Louvois (instigateur des dragonnades contre les Réformés). L’union ne dure guère. Marie-Thérèse décède en 1706, puis une de leurs deux filles en 1719. L'héritage, dont le château de Vitry, est partagé entre les maisons d’Harcourt et Louvois qui vendent le château en 1753.
Le château du Petit Val est bâti au creux d’une modeste dépression qui lui vaudra d’être inondé en 1910. Il est démoli en 1911. La zone est lotie dès 1930. Une rue d'Alegre conserve la mémoire d'Yves V, du château et de son parc.
Le nouveau document pdf. ci-dessous (2016) vous donne des images de l'intérieur du château meublé tel qu'au XVIIIe.


 vitry_le_petit_val_yves_v.pdf

La guerz de Pontkalleg.

On s'étonnera peut-être de la présence de ce chant breton dans notre site... Vellave.
Ce serait occulter la présence d'Yves d'Alegre dans l'état major des dragons chargés de faire "la police" lors des Etats de Bretagne à Dinan.
En 1717 on n'avait oublié ni en languedoc ni en Bretagne les célébrissimes dragons qui avaient imposé la volonté de Louis XIV après la  révocation de l'Edit de Nantes en 1685.
Ce serait occulter que la complainte du marquis de Pontkalleg, créée dès l'exécution de ce héros Breton, compte parmi les gwerzioù, encore chantées, jouées et interprétées de nos jours.
Nous vous donnons ici une des mille versions de paroles de la guerz du marquis de Pontkalleg. La source en est un extrait du "Barzhaz Breizh", premier grand recueil de chansons bretonnes, publié en 1839.
La voici en Breton avec une traduction française attachée au sens plus qu'à la forme poétique.
C'est le principe même des gwerzioù, ballades, improvisées sur des airs simples, proches du parler, subsistance des récits, dits de place en place pour raconter un événement.
Il existe une quasi infinité de paroles contant la vie et la mort du marquis de Pontkalleg sur cet air, fil conducteur, inchangé de siècle en siècle.
Découvrez cette guerz dans le pdf ci-dessous.
Ci-contre un de ces terribles Dragons, cavaliers rapides, mais chargés de combattre à pied.


 guerz_de_pontkalleg.pdf

   1  2  3  4  5  6