image

Les Compagnies ravagent le Forez.

Episode 3 sur 5
Les Compagnies ravagent nos contrées d'Auvergne.
« Trop furent surpris les habitants des villages où les compagnies se tenaient, lorsqu'ils ouïrent recorder que leurs gens étaient déconfits ; et il n'y eut si hardi ni tant de bon chastel qui ne frémît, car les sages supposèrent et imaginèrent tantôt que grands méchefs en naîtraient et multiplieraient...
Ceux de Lyon furent moult ébahis et effrayés quand ils entendirent que la bataille de Brignais était pour les Compagnies : toutefois ils recueillirent moult doucement toutes manières de gens qui de la bataille retournaient ; et furent par espécial moult courroucés de la destourbe de monseigneur Jacques de Bourbon, et les vinrent moult doucement visiter, et les dames et les demoiselles de la ville dont ils étaient bien aimés.
Fortes de leur victoire à Brignais, les Grandes Compagnies continuent sur leur trajectoire et pillent le centre-est de la France actuelle.
Ci-contre, le palais papal d'Avignon.
Lisez dans le pdf ci-dessous,  le récit qu'en donne Froissart.


 3.les_grandes_compagnies_en_forez.pdf

image

Comment les Compagnies s'en vinrent en la comté de Forez. . .


Episode 2 sur 5.
« Quand ces Compagnies (les Tard-Venus), qui se tenaient vers Châlons sur la Saône et Tournus entendirent que les Français se recueillaient et s'assemblaient pour eux combattre, ils se
trairent les capitaines pour avoir avis et conseil ensemble comment ils se maintiendraient.

Si nombrèrent entre eux leurs gens et leurs routes, et trouvèrent qu'ils étaient environ seize mille combattants. Si dirent ainsi entre eux : « Nous irons contre ces Français qui nous désirent à trouver, et nous combattrons à notre avantage si nous pouvons, non mie autrement ; et s'aventure donne que la fortune soit pour nous, nous seront tous riches et recouvrés pour un grand temps, tant de bons prisonniers, que ce en que nous serons si redoutés où nous irons, que nul ne se mettra contre nous ; et si nous perdons, nous serons payés de nos gages. »
Routiers et Compagnies convergent alors vers le Forez et la rivière Loire.
C'est ainsi que les Compagnies entrèrent en Forez...
Ci-contre, la bataille de Brignais.
Lisez la suite dans le pdf ci-dessous. Merci de patienter le temps de son ouverture...


 brignais.pdf

image

La formation des Grandes Compagnies

"La paix faite, le roi d'Angleterre avait enjoint (à ses mercenaires) de rendre les forteresses qu'ils tenaient et qui étaient au roi de France. Certains obéissaient, d'autres non. Il y avait assez de grands capitaines et grands pillards, Allemands, Brabançons, Flamands, Hainuyers, Bretons, Gascons, Béarnais, Navarrais, etc. français appauvris par les guerres..."
Froissart commence par ces mots son chapitre sur la formation des compagnies, aussi appelées "routes", "Grandes Compagnies" et "Tard Venus", dès la paix de Brétigny signée.
Commencent des années de pillages et de misère, notamment en notre Velay, y compris à Allègre.
Episode 1 sur 5, le pdf ci-dessous vous en dit plus, ainsi que les chapitres suivants, qui, chronologiquement, s'inscrivent entre la mort d'Armand IV d'Alegre, et l'arrivée chez nous d'une nouvelle maison de chevalerie...


 formation_des_grandes_compagnies.pdf

image

Mort du fils d'un coseigneur d'Allègre

Lisez dans le document pdf ci-dessous comment Froissart raconte le destin malheureux d'un jeune chevalier de la maison d'Armagnac, fils d'un coseigneur d'Allègre et garde du château.
Merci de patienter quelques secondes pendant l'ouverture de ce document...


 mort_d_un_coseigneur_d_allegre.pdf

image

Mort d'un écuyer Auvergnat.

Froissart raconte par le menu les épisodes des Guerres de Cent Ans.
Nous sommes vers l'an 1385, aux "Pays Bas", dans le duché de Gueldre. Les chevaliers ont soif de combattre. C'est l'essentiel de leur vie. Lorsque l'affrontement tarde, il n'est pas rare que la chevalerie, surtout celle du royaume de France, se lance follement dans des charges lourdes... qui s'écrasent devant les "longbows" des archers Anglais qui abattent leurs chevaux. C'est ainsi que la France perdra un grand nombre de batailles.
"Le chevalier de l'Aigre", porteur d'une bannière (banneret), ses hommes d'armes et leurs pages, sont au nombre de ces troupes bouillantes d'impatience. C'est justement lors d'une de ces attentes avant le combat, que quelques écuyers impétueux s'aventurent vers un bois, et...
Lisez la suite de ce récit, inédit dans l'histoire d'Allègre, dans le document pdf ci-dessous...
Si certains mots vous déroutent un peu (par exemple : "ils se fiancèrent"), vous vous reporterez au glossaire inséré en page 1 dans le document pdf du 4ème article de cette rubrique : "Quelques mots de Froissart".


 gourdinois.pdf

   1  2  3  4  5  6  7  8  9